Jack le chasseur de géants

Jack le chasseur de géants (Jack the Giant Slayer 2013)

Synopsis

Un classique des contes de fées (Jacques et le haricot géant) revisité : un jeune fermier suis une princesse désabusée le long d’un haricot magique, espérant la sauver des géants, qui vivraient dans un monde au-dessus des nuages. Accompagné par quelques hommes du Roi, va tenter de sauver son amour.

Réception

Hollywood depuis quelques années se sent obligé d’adapter les anciens mythes grecs et les contes de Grim, droit de copyright fort légers à l’appui, remplis d’ados héroïques et d’images de synthèse, nous sommes bien dans l’ère post Harry Potter. Ce film est un peu le John Carter de 2013 : c’est un énorme échec commercial au box-office malgré un budget pharaonique de plus de 200 millions de $. Il est vrai que le film n’a pas bénéficié de buzz voire même d’attente particulière.

Critique

Dans la lignée des films librement adaptés à partir d’anciens contes traditionnels avec plus ou moins de bonheur (Alice au pays des merveilles, Blanche Neige et le chasseur…) Jack le chasseur de géants est clairement un des plus réussi. Pourtant avec un  Bryan Singer aussi capable du meilleur (Usual Suspects, Walkyrie), comme du pire (X-Men 2, Superman Returns), l’affaire n’était pas gagné d’avance.

Si Jack, le chasseur de géants est un bon divertissement, il reste très conformiste et prévisible. On se laisse toutefois emporter avec plaisir, notamment grâce aux effets spéciaux très réussis : les paysages, les géants, les batailles… C’est une des forces des films de Bryan Singer.

Le casting plus en demi-mesure, déçoit. On retrouve Nicholas Hoult dans le rôle du jeune héros, sans qu’il soit encore une fois très convaincant, Stanley Tucci en méchant avide de pouvoir et Ian Mc Shane en roi trop protecteur envers sa fille. Comme toujours, l’excellent Ewan McGregor tire son épingle du jeu dans le rôle du capitaine de la garde royale.

En conclusion

Bryan Singer a misé son film sur l’action et les effets spéciaux qui trouvent une apothéose dans la dernière partie du film, sauvant clairement cette réalisation. Le film est donc un honnête divertissement, idéal pour une soirée en famille, un dimanche soir avec une pizza. On passe un bon moment à condition de  ne rien attendre de plus, Jack Chasseur de Géants ne marquera pas les esprits.

Vous aimerez aussi :

Blanche Neige et le Chasseur

Blanche Neige et le chasseur (2012) : Cette nouvelle adaptation du conte des frères Grimm offre une vision sombre et fantastique de Blanche Neige. Grâce à une photo magnifique et des effets spéciaux discrets, mais réellement efficace pour distiller une ambiance maléfique ou merveilleuse à l’écran, l’univers visuel du film nous transporte dans un monde médiéval de conte de fées cohérent et presque « réaliste »

Le monde fantastique d'Oz

Le monde fantastique d’Oz – Blu-ray (2013) : Le monde fantastique d’Oz est la préquelle du mythique et indémodable « Le magicien d’Oz » (1939). Il n’y a aucun liens, autant le dire tout de suite, ni aucun points communs de forme ou de fond entre les deux films (hormis leur univers). « Le monde fantastique d’Oz », réalisé par Sam Raimi, n’est pas un film musical, il ne raconte pas la même histoire et développe, avec talent, son propre style original.

 Parker Lewis saison 3


Parker Lewis Season 3 – DVD [Import Allemand]
: toujours en import et disponible en anglais sous-titré anglais. Cette dernière saison signera la fin de la série avec le recul de l’humour cartoonesque de la série, la disparition de personnages tels que Lemmer et Pankow.